LE MINISTRE ZAMBERLETTI À PIEVE FOSCIANA - 1/2/1985

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la première "alerte" donnée en Italie, à la suite du tremblement de terre dans la région de Garfagnana le 23 janvier 1985, le ministre de la coordination de la protection civile de l'époque, l'honorable Zamberletti, considéré par tous comme le "père fondateur" de la protection civile en L'Italie, s'est rendue à Garfagnana pour remercier personnellement la population d'avoir discipliné ses instructions et lui avoir permis de poursuivre son initiative plus tard.

 

Cette vidéo propose l'intervention intégrale de la mairie de Pieve Fosciana dans l'après-midi du 1er février 1985. Après cette visite à Pieve Fosciana, le sénateur Giuseppe Zamberletti, comme il l'avait promis à cette occasion au maire d'alors Tognarelli et au président Cavilli, du CAV de Pieve Fosciana a envoyé quelques contributions et divers équipements qui ont permis au groupe de bénévoles de continuer à s'améliorer et surtout de se spécialiser dans la solidarité et l'aide à toute la population.

ANNIVERSAIRE DU TREMBLEMENT DE TERRE FRIULI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Udine, 6 mai 2016. À l'occasion du 40e anniversaire du tremblement de terre qui a frappé le Frioul le 6 mai 1976, le Conseil régional du Frioul-Vénétie Julienne s'est réuni en session extraordinaire à Udine en présence du Président de la République Sergio Mattarella.

 

SÉISME EN IRPINIE

 

Zamberletti a été élu à la Chambre en 1968 et s'est immédiatement engagé sur le front de la protection civile, travaillant sur un projet de loi qui, depuis 1970, traitait des "règles concernant le soulagement des populations touchées par des catastrophes" (loi n. 996). Cependant, lorsque deux tremblements de terre avec des effets significatifs se sont produits, au Frioul en 1976 (deux répliques, les 6 mai et 15 septembre) et en Campanie et en Basilicate, le 23 novembre 1980, il a été découvert que cette loi n'avait toujours pas les règlements d'application et était donc inefficace.

 

L'acte d'accusation que le président Pertini a rendu dans un appel télévisé après avoir visité les régions d'Irpinia et de Basilicate qui n'avaient pas été atteintes rapidement par le sauvetage, était sévère, et le président s'est demandé pourquoi cette loi s'était enlisée au Parlement.

 

Zamberletti a été nommé commissaire extraordinaire pour gérer l'urgence au Frioul, en 1976. Dans ce cas, deux facteurs ont influencé positivement la gestion de l'urgence: la présence dans la zone de nombreuses casernes militaires, avec de nombreux conscrits qui ont été immédiatement employés. dans le sauvetage des survivants et dans le déblaiement des décombres, et le fait que le Frioul était une région avec un statut spécial, un statut qui lui permettait d'avoir une plus grande liberté et autonomie dans la prise de décisions.

 

Les évacués étaient hébergés dans des installations d'hébergement sur la côte adriatique et pouvaient se déplacer quotidiennement pour retourner dans leurs pays détruits et suivre les opérations. Suite à la bonne expérience du Frioul, Zamberletti a été remis en cause par le gouvernement Forlani même après le tremblement de terre du 23 novembre 1980. L'ampleur de la catastrophe était plus grande, la zone touchée beaucoup plus grande ainsi que la masse des évacués à secourir.

 

Dans ce cas, le sauvetage n'a pas été rapide, les grands convois de l'armée se sont mal déplacés dans les routes d'accès à la Campanie et aux Apennins lucaniens, compte tenu également du fait que de nombreuses routes et ponts s'étaient effondrés. Pour arriver au rendez-vous de Zamberletti, d'ailleurs, il a fallu attendre 48 heures; le tremblement de terre étant survenu dimanche, le Conseil des ministres s'est réuni lundi et seulement le mardi 25 novembre, Zamberletti était opérationnel et a pris note de la situation dans les zones sismiques.

 

Les mois qui ont suivi le choc de novembre à Irpinia ont été des mois d'activité convulsive, avec de nombreux problèmes critiques à gérer et de nombreuses pressions. Zamberletti a essayé d'appliquer le même modèle d'organisation du Frioul, en proposant le "plan S", comme une expulsion, pour déplacer les évacués vers la côte. Mais les victimes du tremblement de terre n'ont pas accepté ce plan, étant donné la distance des villages côtiers.

 

Puis Zamberletti a entamé une phase longue et méthodique d'écoute des communautés victimes du séisme, établissant une relation directe avec les maires mais ne refusant même pas la confrontation avec les assemblées des victimes du séisme et les volontaires, qui avaient créé les "comités populaires".

 

L'idée qui a débloqué la confusion initiale était de jumeler chaque tremblement de terre de municipalité à une région, une province ou une ville métropolitaine, mais aussi à d'autres nations, afin de rationaliser les interventions des volontaires qui arrivaient ostensiblement dans les zones touchées en apportant de grandes quantités des nécessités de base. De plus, à chaque maire, le commissaire a rejoint un général d'armée pour coordonner les fouilles, l'enlèvement des cadavres et des décombres, le placement des cités-tentes et des cantines de campagne. L'attitude décisionnelle et la détermination du commissaire lui ont également valu quelques critiques, en particulier de la part de certains politiciens locaux qui ont vu leur fonction partiellement menacée et ont accusé Zamberletti d'avoir positionné son poste de police à Naples plutôt que dans les capitales les plus proches de l'épicentre.

 

 

 

Son engagement à Irpinia et sa vaste expérience dans le domaine lui ont valu d'être nommé ministre sans portefeuille en 1982.

 

 

Bien que la nécessité d'une loi sur la protection civile soit désormais un fait, le processus d'approbation a été long et cahoteux et ne s'est matérialisé qu'en 1992, en raison d'une série de problèmes liés au rôle institutionnel (le chevauchement des fonctions entre le ministre pour la protection civile et le ministre de l'intérieur).

CONTACTEZ-NOUS

ISPRO

ISTITUTO STUDI E RICERCHE 

SULLA PROTEZIONE CIVILE E SULLA SICUREZZA

0144 ROMA / Viale della Tecnica n. 61
TEL. 06 97605935 / FAX 06 62276698
C.F. 06460991000 / P.IVA 14980651005
info@ispronet.org / info@pec.ispronet.org

logo ispro trasp.png